Mon London Macadam par Jane Birkin


© Courtesy of Universal Music France


Jane Birkin, bonjour. Merci d’avoir accepté une interview avec London Macadam, le magazine des 300 000 français de Londres.


London Macadam : Comment est né votre nouveau single Jeux Interdits ?

Jane Birkin : Jeux Interdits est né grâce à mes filles Kate et Charlotte. J’avais un petit presbytère en Normandie tout à fait charmant. Mes enfants étaient obsédées par le film de René Clément « Les Jeux Interdits » avec Brigitte Fossey. Elles enterraient tout ce qu’elles trouvaient dans le jardin juste à côté du cimetière, des taupes, des souris, des mulots mais aussi nos repas du midi et les diners (côtelettes d’agneau, poulet, …). Tout méritait une grande cérémonie. Ma fille Kate était très égalitaire. Elle voulait que tout le monde ait un petit quelque chose. Elle était choquée de voir dans le cimetière que certaines personnes avaient une profusion de fleurs en plastique et de Pensées en porcelaine et que d’autres personnes n’avaient rien. Elle a donc partagé les fleurs entre chaque tombe pour que tout le monde ait quelque chose mais le maire était furieux. Les enfants ont été grondés. On leur a également demandé de tout remettre en ordre. J’ai trouvé ça charmant et drôle.


London Macadam : Ma seconde question est pourquoi avoir choisi « Oh ! Pardon tu dormais … » comme titre de votre album ?

Jane Birkin : Il y a une vingtaine d’année voire plus j’ai écrit et mis en scène un film qui s’appelle « Oh ! Pardon tu dormais … » avec Jacque Perrin et Christine Boisson. Le film est sorti sur Arte. Un peu plus tard Xavier Durringer m’a demandé si je souhaitais en faire une pièce mais cette fois ci je jouerai le rôle moi-même avec l’acteur Thierry Fortineau, un vrai ange et bijou d’acteur. En sortant de scène, Etienne Daho est venu nous voir souvent. Une fois, deux fois, peut être trois puis il m’a dit « Pourquoi ne fait-on pas un disque avec le texte de la pièce de théâtre ? ». Il aimait beaucoup le texte et les personnages. Il voulait faire une comédie musicale à une personne. J’ai trouvé cette idée formidable mais j’étais en train de faire arabesque. Ensuite, il m’a redemandé mais j’avais découvert que Lou [NDLR Lou Doillon, fille de Jane Birkin] chantait merveilleusement bien. J’ai donc donné « I.C.U » de Lou à Etienne en lui disant « tu saurais comment la mettre en valeur à travers ce titre ». Ce n’était donc pas mon tour. Dix ans plus tard, je jouais Arabesque quand ma fille Kate est morte. Tout s’est arrêté pendant deux ou trois ans. Et puis j’ai repris les textes de « Serge Gainsbourg sans musique » avec Michelle Piccoli et Hervé Pierre. Nous avons traversé la France dans les théâtres nationaux. Nous sommes allés jusqu’au Canada. Et là quelqu’un a eu une très bonne idée de faire les chansons de Serge mais avec la musique Philharmonique. Normalement c’était pour deux shows et finalement on a fait ça pendant quatre ans. Ensuite Etienne m’a demandé si je voulais faire l’album. J’ai dit oui. On a commencé avec le texte de la pièce dont les premiers mots sont « Oh ! Pardon tu dormais … ». J’ai commencé par écrire deux chansons sur ma fille Kate.


London Macadam : Vous avez co-écrit avec Etienne Daho et Jean-Louis Pierot et vous dites « Je n’aurais pas fait cet album sans Etienne » dites-nous en plus.

Jane Birkin : C’est à la demande d’Etienne que nous l’avons fait. S’il ne m’avait pas demandé de le faire je ne l’aurais pas fait. J’aurais pu faire une autre pièce de théâtre. J’ai fait un disque qui s’appelait les enfants d’hiver il y a 12 ans sur la nostalgie d’enfance. Je ne trouvais pas de nécessité d’en faire un deuxième. C’est uniquement avec l’enthousiasme d’Etienne et d’avoir eu les musiques de Pierot qui m’ont inspiré à l’écriture. J’avais la complicité d’Etienne pour co-écrire des chansons en mettant mes textes « Oh ! Pardon tu dormais … ». C’est quelque chose qui a été géniale pour moi.


Nos lecteurs voudraient savoir, avez-vous prévu de remonter sur scène bientôt ? Avez-vous des projets pour 2021 ?

Jane Birkin : On vient d’annuler un concert avec le Philarmonique qu’on aurait dû faire en Suisse. C’est décalé à janvier, février ou mars. On devait partir en tournée en avril. J’espère que ça sera possible mais avec la situation actuelle je ne sais pas.


My London Macadam par Jane Birkin. Avez-vous des lieux que vous aimez ou qui vous inspirent ?

Jane Birkin : J’évite les endroits que j’ai trop aimé. Ça concerne mon enfance et mes parents et ma mère. C’est comme un lieu de crime. Et je ne veux plus y aller. Je n’ai même plus marché devant la maison de ma mère depuis qu’elle est morte. Ces endroits sont néanmoins les plus beaux. Il s’agit de King's Road, Jane Garden. Ce sont ces lieux que j’ai connu toute ma vie avec un petit pincement pour Kensington que j’aime surtout maintenant car il y a pleins de français donc je me sens chez moi.


Merci Jane Birkin. A bientôt sur le macadam londonien.

Tags:

Follow Us
  • Pinterest - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Facebook - Black Circle
Recent Posts