Interview de Nicolas Hatton, fondateur de l'association the3million.


© Nicolas Hatton


Bonjour Nicolas, merci d’accepter cette interview pour les lecteurs de London Macadam magazine.

London Macadam : Qui est the3million, son objectif et sa naissance ? Racontez-nous.

Nicolas Hatton : J’ai fondé l'association the3million à la suite du référendum de 2016 qui a commencé le processus de sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne, souvent appelé Brexit. Le résultat du référendum a créé un sentiment de détresse et d'angoisse chez les ressortissants européens du Royaume Uni et il y avait un besoin de représentation pour faire entendre nos voix et faire en sorte que les décisions prises à notre sujet ne le soient plus sans nous consulter. On pourrait dire que the3million se bat contre l'ignorance pour protéger nos droits, en tant que ressortissants européens au Royaume Uni


London Macadam : Comment soutenir l’association ?

Nicolas Hatton : Le plus simple est de souscrire à notre newsletter pour se tenir au courant de ses droits, et se mobiliser quand cela est nécessaire :

https://www.the3million.org.uk/subscribe

London Macadam : Quel est votre network ?

Nicolas Hatton : On est présent surtout sur les réseaux sociaux, avec une page et un groupe sur Facebook avec autour de 43,000 membres, un compte Twitter très actif et un compte Instagram plus récent. Mais le travail de terrain se fait auprès des parlementaires britanniques et européens, le Gouvernement de Westminster et en travaillant avec les médias ici et en Europe pour informer le grand public sur les problèmes que nous avons.

London Macadam : Quelle sont les principales causes de stress pour les Français en Angleterre et comment pouvez-vous aider ?

Nicolas Hatton : Les français comme tous les européens du Royaume Uni sont devenus des étrangers à part entière à cause du Brexit, alors que nous nous sentions chez nous avant le référendum. Pour beaucoup, la demande de Settled Status a été vécue comme une insulte mais il est hors de question de refuser de le faire, car sans ce Settled Status, la plupart des français ici deviendraient des sans-papiers dans un pays qui expulse sans se soucier des circonstances personnelles des personnes qui sont souvent vulnérables.

Il est estimé que jusqu'à 30% des français n'ont pas encore fait leur demande de Settled Status et ça m'inquiète car la date butoir pour la faire se rapproche. Idéalement, je conseille à tout le monde de faire sa demande avant la fin de l'année. Il y aura aussi une période de grâce jusqu'au 30 juin 2021 mais mieux vaut ne pas prendre de risque et faire sa demande maintenant.

La demande elle-même est assez simple mais il faut avoir une carte d'identité ou un passeport en règle. Si cela n'est pas votre cas, contactez le consulat urgemment (https://uk.ambafrance.org/-Consulate-in-London-) pour mettre à jour vos papiers, avant de faire votre demande de Settled Status sur le site du Gouvernement britannique (https://www.gov.uk/settled-status-eu-citizens-families)

Pour les aider, j'ai créé la charity Settled en 2019 (https://settled.org.uk/fr/) qui soutient ceux et celles qui n'arrivent pas à faire leur demande de Settled sans aide.

Les autres causes de stress, sont :

Les 40% d'européens qui ont reçu un permis de résidence temporaire (pre-Settled Status) et qui devront refaire une nouvelle de demande de Settled Status dans les 5 ans à venir, sans garantie de succès. Ceux et celles qui 'oublieront' seront considérés comme sans papier, et risqueront l'expulsion.

Le risque accru de discrimination à partir de juillet 2021 à cause de la particularité du Settled Status qui ne nous donne pas une carte pour prouver nos droits de résidence. Tout est numérique mais que se passera-t-il s’il y a une panne informatique quand nous rentrerons de voyage, ou lors d'une vérification de nos droits au NHS, quand nous chercherons un travail ou un logement ?

Il va aussi y avoir beaucoup de confusion à partir de l'année prochaine. Les français et européens qui arriveront à partir du 1er janvier 2021 n'auront pas les mêmes droits et seront soumis à un régime de visas mais il sera difficile pour les entreprises ou les bailleurs de nous différencier. Sans parler que tout ça est très compliqué et que la plupart des européens vont aussi avoir du mal à comprendre les changements.

London Macadam : Vous dites dans votre vidéo du site : “We hold government to account but there is a long way to go”, expliquez vos pressions et comment arrivez-vous à vos objectifs ?

Nicolas Hatton : Nos pressions se font par un travail d'information du grand public, des parlementaires et du gouvernement des problèmes cités ci-dessus, avec un rappel que les générations précédentes d'immigrés qui sont arrivées avant nous ont été traitées de manière déplorable et on ne veut pas être la nouvelle génération Windrush.

Depuis 2018, nous avons 5 permanents et une cinquantaine de bénévoles qui travaillent pour que nos droits soient maintenus à vie et les nombreux articles de journaux et briefings montrent l'ampleur de notre travail. Je vous recommande d'aller jeter un oeil à https://www.the3million.org.uk/library

London Macadam : Enfin, vos projets pour l’association ?

Nicolas Hatton : On travaille pour transformer l'association en charity en 2021, et pouvoir continuer la représentation des européens pour les années à venir.


London Macadam : Un mot, des conseils pour les Français de Londres en cette période ?

Nicolas Hatton : Faites votre demande de Settled Status avant la fin de l'année si vous ne l'avez pas encore fait.

Merci Nicolas Hatton !

Où peut-on vous trouver :

· Twitter : twitter.com/the3million

· Page Facebook : www.facebook.com/the3million/

· Forum for EU citizens sur Facebook: www.facebook.com/groups/Forum4EUcitizens/

· Souscrite à la newsletter : https://www.the3million.org.uk/subscribe


Follow Us
  • Pinterest - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Facebook - Black Circle
Recent Posts