Dessous les Roses de Olivier Adam.

Flammarion. Roman.



Antoine, Claire, Paul. Une fratrie se retrouve pour la mort du père dans une maison. Dans une cuisine. Il y a les pleurs, les rires, les sous-entendus, et tout ce que l’on ne s’est pas dit. Trois enfants élevés ensemble et, des chemins de vie différents. Olivier Adam pose la question de ce qui nous sépare une fois les chemins tracés, des phrases qui éloignent, des réalités et des souvenirs que l’on tord, des relations aux parents et surtout au père. Il y a de la nostalgie dans ce paradis perdu, il y a les souvenirs « chauds et tendres » de ces familles ou le père était droit, dur, réticent à montrer ses sentiments. Olivier Adam fait le portrait du père qui n’existe plus aujourd’hui, celui pour qui seuls les actes « comptaient : assurer un toit, une éducation, des vêtements, trois repas par jour ». Un monde où l’on n’avait pas le temps de s’épancher.

« La tendresse, il fallait en avoir le loisir ». Alors, le temps a passé et, sous les roses, ce jour-là, le visage du père apparait, tel qu’il était vraiment. Aux yeux de tous. De Claire, d'Antoine, de Paul. Et c’est beau. A lire pour cette rentrée.


#romanrentree #olivieradam

Tags:

Follow Us
  • Pinterest - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Facebook - Black Circle
Recent Posts