“Claudia Andujar: The Yanomami Struggle” au Barbican.

Du 17 juin au 29 août


Susi Korihana thëri swimming, Catrimani, 1972- 1974. Infrared film. ©Claudia Andujar


« Claudia Andujar : The Yanomami Struggle » est une exposition consacrée à l'œuvre et au militantisme de l'artiste brésilienne Claudia Andujar. Pendant plus de cinq décennies, à partir des années 1970, elle a consacré sa vie à photographier et à défendre les Yanomami, l'un des plus grands peuples indigènes du Brésil. À l'heure où leur territoire est plus que jamais menacé par l'exploitation illégale de l'or, et alors que la Covid-19 continue de balayer le monde, cette exposition est particulièrement pertinente dans le contexte des crises humanitaires et environnementales qui sont actuellement exacerbées par la pandémie.

« Claudia Andujar : The Yanomami Struggle » est organisée par Thyago Nogueira, responsable de la photographie contemporaine à l'Instituto Moreira Salles au Brésil. Basée sur des années de recherche dans les importantes archives d'Andujar, l'exposition explore son extraordinaire contribution à l'art de la photographie ainsi que son rôle majeur en tant qu'activiste des droits de l'homme défendant les droits des Yanomami. Plus de 200 photographies, une installation audiovisuelle, un film et une série de dessins des Yanomami sont réunis dans « The Curve » , « The Pit » et les foyers du Barbican. L'exposition reflète la double nature de la carrière d'Andujar, engagée à la fois dans l'art et l'activisme. Les photographies de ses six premières années de vie avec les Yanomami, qui montrent de quelle façon elle a relevé le défi d'interpréter visuellement une culture complexe, seront présentées aux côtés des œuvres qu'elle a produites pendant sa période d'activisme, alors qu'elle utilisait la photographie comme outil pour faire changer la politique.

Jane Alison, responsable des arts visuels au Barbican, a déclaré : "Nous sommes vraiment ravis de présenter Claudia Andujar : The Yanomami Struggle au Barbican cet été. L'œuvre de cette artiste et activiste inspirante offre un aperçu inégalé de la vie des Yanomami et met en lumière la violence perpétrée à leur encontre par des activités illégales, des forces hostiles et la cupidité des entreprises. Le pouvoir viscéral de la photographie d'Andujar n'a jamais été aussi pertinent, alors que l'urgence climatique et l'impact de la Covid-19 continuent de menacer les Yanomami et le bassin amazonien."

Claudia Andujar a déclaré : "J'ai commencé à travailler avec les Yanomami dans les années 1970 et ils sont rapidement devenus une deuxième famille pour moi. Lorsque j'ai vu les menaces auxquelles ils étaient confrontés, j'ai décidé de consacrer mon temps à les aider à obtenir la démarcation des terres qu'ils occupaient afin qu'elles soient officiellement reconnues par la loi brésilienne. Après de nombreuses années de lutte, nous avons réussi dans nos efforts. Malheureusement, leurs terres ont à nouveau été envahies par les chercheurs d'or. J'espère donc que mon travail continuera à sensibiliser les gens aux dangers auxquels sont confrontés les Yanomami."

Thyago Nogueira a déclaré : "À travers l'art de Claudia Andujar, cette exposition raconte l'histoire d'une lutte collaborative qui a réussi à protéger le peuple amazonien Yanomami d'un massacre causé par la cupidité économique dans les années 80 et 90 au Brésil. J'ai peur de dire que l'histoire se répète avec la Covid-19 qui s'installe rapidement sur les terres des Yanomami et l'incapacité du gouvernement brésilien à réagir. Si nous n'agissons pas, une autre catastrophe humanitaire majeure aura lieu ici."

Davi Kopenawa, chaman et leader Yanomami a déclaré : "Claudia est venue au Brésil et sur les terres des Yanomami, en réfléchissant à son projet. Bien qu'elle ne soit pas Yanomami, elle est une véritable amie. Elle a pris des photos d'accouchements, de femmes, d'enfants. Je ne savais pas comment lutter contre les politiciens et les non-autochtones, mais elle m'a donné les outils pour défendre notre peuple, notre terre, notre langue, nos coutumes, nos festivals, nos danses, nos chants et notre chamanisme. Il est important pour moi et pour vous de voir le travail qu'elle a accompli et de respecter le peuple Yanomami du Brésil qui vit sur cette terre depuis de nombreuses années."

Claudia Andujar a rencontré les Yanomami pour la première fois en 1971 alors qu'elle travaillait sur un article sur l'Amazonie. Fascinée par cette communauté isolée, et bénéficiant d'une bourse Guggenheim, elle décide de se lancer dans un essai photographique approfondi de leur vie quotidienne avec le soutien du missionnaire italien Carlo Zacquini.

Dès le début, l'approche d'Andujar s'écarte considérablement du style documentaire de ses contemporains. Les photographies qu'elle a réalisées au cours de cette période montrent comment elle a expérimenté diverses techniques photographiques dans le but de traduire visuellement la culture chamanique des Yanomami. Appliquant de la vaseline sur l'objectif de son appareil photo, utilisant des flashes, des lampes à huile et des films infrarouges, elle a créé des distorsions visuelles, des bandes de lumière et des couleurs saturées. Elle a également développé une série de portraits en noir et blanc qui capturent la grâce et la dignité des Yanomami. S'intéressant de près aux visages et aux fragments de corps, elle encadre étroitement ses images, utilisant un clair-obscur dramatique pour créer un sentiment d'intimité et attirer l'attention sur les états psychologiques individuels.

À la fin des années 1970, Andujar a atteint un tournant dans sa carrière. La construction d'une autoroute transcontinentale en Amazonie, initiée par le gouvernement militaire brésilien, a ouvert la région à la déforestation ainsi qu'à des programmes agricoles invasifs, provoquant des épidémies chez les Yanomami et conduisant à la décimation de communautés entières. Cet évènement a rappelé à Andujar le génocide des juifs en Europe, dans lequel son propre père et sa famille paternelle ont péri, et a renforcé son engagement dans la lutte des Yanomami.

En 1978, elle fonde la Commission pro-yanomami (CPPY, anciennement connue sous le nom de Commission pour la démarcation du parc yanomami), avec le missionnaire italien Carlo Zacquini, l'anthropologue français Bruce Albert et le leader yanomami Davi Kopenawa, et entame une campagne de quatorze ans pour désigner la patrie yanomami. C'est à ce moment-là qu'Andujar a mis de côté l'élément artistique de sa photographie pour se concentrer sur l'utilisation de la photographie comme moyen de sensibilisation et de soutien à sa cause.

Au début des années 1980, Andujar a réalisé une série de portraits en noir et blanc des Yanomami dans le cadre d'une campagne de vaccination. Sur ces portraits, ils portent des étiquettes numérotées qui permettent de les identifier pour leur dossier médical. L'artiste a été frappée par le fait que ces étiquettes rappelaient les tatouages numériques des personnes "marquées à mort" pendant l'Holocauste. Elle a ensuite revisité ces portraits et créé la série Marcados, qui révèle l'ambiguïté inhérente à cet acte d'étiquetage, même s'il s'agissait finalement de leur survie.

En 1992, à la suite de la campagne menée par Claudia Andujar, Carlo Zacquini, Bruce Albert et Davi Kopenawa, entre autres, et soutenue au niveau mondial par Survival International, le gouvernement brésilien a accepté de délimiter légalement le territoire des Yanomami. Reconnu à la veille de la Conférence des Nations unies sur l'environnement et le développement, ce territoire est toujours menacé par l'inaction du gouvernement brésilien à l'égard des 20 000 mineurs illégaux opérant sur les terres indigènes et par sa tolérance à l'égard de la déforestation.

Claudia Andujar est née à Neuchâtel, en Suisse, en 1931 et a grandi en Transylvanie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le père de Claudia, un juif hongrois, a été déporté à Dachau où il a été tué avec la plupart des membres de sa famille paternelle. Claudia Andujar s'enfuit avec sa mère en Suisse, immigre d'abord aux États-Unis en 1946, puis au Brésil en 1955 où elle entame une carrière de photojournaliste, avant de devenir militante. Elle vit actuellement à São Paulo.

Claudia Andujar © Renato Parada

Prix : £16

Lien pour réserver son ticket : https://www.barbican.org.uk/whats-on/2021/event/claudia-andujar-the-yanomami-struggle

Facebook: https://www.facebook.com/BarbicanCentre

Twitter: https://twitter.com/BarbicanCentre

Instagram: https://www.instagram.com/barbicancentre/



Tags:

Follow Us