Rencontre avec Félix Maritaux, dans le personnage de Léo du film Sauvage.

March 1, 2019

Sauvage nous invite à suivre la vie de Léo, un jeune prostitué. Il sort le 1mars 2019 en Angleterre.

Ce film à été réalisé par Camille Vidal-Naquet, avec Félix Maritaux, dans le rôle principal de Léo. 

 

Camille Vidal Naquet nous raconte son idée du personnage de Léo et pleins d'autres choses dans une interview avec London Macadam ici

 

Nous les avons rencontrés sur le Macadam Londonien. 

Bonjour Félix, merci d’accepter une interview avec London Macadam, le magazine des Français de Londres.

 

London Macadam : Vous avez 26 ans et vous avez joué dans des films primés, vous avez reçu plusieurs récompenses pour votre jeu d’acteur… Pourtant, la comédie pour vous ce n’était pas tout à fait un rêve d’enfant. Racontez-nous.

Félix Maritaux : Et bien Robin Campillo m’a fait devenir acteur parce que je pense que je représentais une espèce d’identité politique qui correspondait bien à son personnage dans 120 battements par minute et ,après ce film j’ai beaucoup aimé l’expérience du tournage sans comprendre vraiment l’intérêt d’être acteur. Je parle honnêtement et ça m’a donné envie de faire un autre tournage pour revivre une expérience exaltante. On m’a présenté Camille et là, par le biais de ce personnage dans Sauvage, j’ai appris ce que c’était les mécanismes du jeu, créer un personnage, rencontrer un personnage, le laisser s’infuser en soit et le faire vivre et du coup je n’ai jamais pensé à faire ça plus tôt mais ça ne m’étonne pas. J’aurai plus pensé finir Drag Queen qu’acteur et du coup c’est pas mal je pourrais peut-être faire les deux à un moment.

 

London Macadam : Comment êtes-vous atterri sur le projet « Sauvage » ?

Félix Maritaux : A la fin du tournage de 120bpm, je suis arrivé sur le tournage le matin, Nahuel Perez Biscayart était en train de lire le scénario de sauvage parce qu’il avait l’identité physique qui correspondait un peu au désir de Camille par rapport à son personnage et puis en fait Nahuel et moi sommes assez proches, et je lui ai demandé « c’est quoi ça ?» et il m’a répondu « c’est un rôle pour toi ». Et donc il nous a mis en relation et apparemment oui. 

 

London Macadam : Le personnage de Léo était-il difficile à interpréter ? Comment cela s’est-il passé avec Camille ? Quelles inspirations, fils, livres… pour interpréter ce rôle ?

Félix Maritaux : Oui, et c’est assez marrant parce que la plupart des inspirations c’était plutôt des femmes. C’était Sandrine Bonnaire dans « sans toi ni loi » de Agnes Vardas, c’était « Rosetta » des frères Dardenne, Sue perdue dans Manhattan… Il y avait aussi le film Cool Hand Luke. Donc oui, ce personnage n’est pas difficile à interpréter c’est juste très intense et exaltant c’est-à-dire qu’en fait quand on n’a aucune connaissance psychologique du personnage on est obligé de lui laisser de l’espace et ça c’est hyper intéressant à faire. Il faut faire parler quelqu’un qui n’a aucune voix. Très exaltant et intense car le film est assez violent, assez dur parfois, mais la naïveté du personnage et son amour inconditionnel, cette force de vivre, ça m’a protégé de tout par rapport au contexte du film.

 

London Macadam : Vous avez déjà jouer dans des rôles ou vous deviez vous mettre à nu, comme dans Un Couteau dans le Cœur, au côté de Vanessa Paradis, et puis dans « Sauvage ». Vous ne ressentez aucune gêne ? 

Félix Maritaux : Absolument pas, je m’en fou. On a un corps c’est pour le montrer. Je trouve que tout le côté sacré qu’on a du corps, je n’ai jamais eu ça. Je ne pense pas que l’intimité qu’on a du corps elle passe par la protection d’une enveloppe. Pour moi, elle passe plus dans l’idée, dans la philosophie ou dans la relation avec les gens, mais en soit un corps c’est un corps qui va finir par mourir dans une tombe. Il faut le faire vivre. Et moi j’ai fait les Beaux-Arts ou j’ai beaucoup étudié le corps, les questions de genre, d’usage politique du corps dans la société, d’usage productif du corps dans la société, donc en fait j’ai passé le cap.

 

London Macadam : My London Macadam par Félix Maritaux.

Félix Maritaux : Alors c’est la deuxième fois de ma vie que je viens à Londres, et la première fois je ne suis resté qu’une nuit. Mais je trouve ça assez sympa, parce que contrairement à Paris je trouve qu’il n’y a pas trop de regards misogynes sur les femmes en soirée et ça fait vraiment du bien parce que Paris c’est vraiment bouffé par la misogynie dans tous les sens, ou ce truc de domination sur les femmes ou d’oppression et je trouve qu’ici c’est assez cool, car le soir ou je suis venu pour la première fois pour la BFI je me suis promené un peu tout seul la nuit pour sentir un peu l’énergie de la ville et j’ai vu plein de meufs hyper bourrées en minijupe et personne ne les agressaient et j’ai des amis qui vivent ici et qui me disent que dans le milieu de l’entreprise ça se passe exactement de la même manière, que les hommes n’osent pas oppresser les femmes sur des questions de physique ou de séductions etc. et je trouve ça assez chic et rassurant dans une culture occidentale. 

 

London Macadam : Merci !

Merci !

Tags:

Please reload

Follow Us
  • Pinterest - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Facebook - Black Circle
Recent Posts
Please reload