INTERVIEW de GERARD PELISSON – Président de l’Union des Français de l’Etranger pour Monmacadam.com – Mai 2012

DR GérardPélisson.jpg

Interview London Macadam.

London Macadam : Vous avez toute votre vie -même « semé des petits drapeaux » dans les pays du monde en développant le groupe Accor, comment avez-vous démarré ?
M. Gérard Pélisson: Nous avons ouvert notre premier hôtel, sous le nom de Novotel, à Lille en 1967, en anticipant, comme cela se dessinait aux Etats-Unis depuis la fin des années 50, la civilisation de l’automobile, le développement du transport aérien et les formidables perspectives qui s’ouvraient à l’industrie du tourisme.
Après un démarrage laborieux et l’ouverture d’un 2ème Novotel en 1968 à Colmar, puis d’un 3ème à Marseille en 1969, nous avons progressé très vite.
Au cours des années 70, nous avons également démarré la chaîne 2 étoiles Ibis, racheté notre principal concurrent Mercure qui possédait 14 établissements et qui compte aujourd’hui plus de 700 enseignes dans le monde.
Nous faisions aussi une incursion dans la restauration commerciale en rachetant la chaîne de restaurants Courtepaille, et avons amorcé, non sans difficulté, notre développement international.
En 1980, nous reprenions la société Sofitel. Et en 1982 nous réalisions une OPA sur une société de restauration très importante cotée à la Bourse de Paris : Jacques Borel International. Cette acquisition nous a amené à changer le nom du groupe NOVOTEL pour l’appeler Accor.
En moins de 25 ans, nous avons fait un parcours qui a contribué à modifier profondément la perception du tourisme dans le monde et en France en particulier ; le tourisme qui peu à peu est devenu une industrie à part entière. Mais cela ne fut que le commencement…

LM : L’UFE existait-elle quand on vous a demandé d’être administrateur ? Quand êtes-vous devenu président de l’UFE ?
GP : L’UFE existait depuis fort longtemps ! Elle a été fondée en 1927 par un journaliste, Gabriel Wernlé. Celui – ci est parti du constat qu’à la fin de la première guerre mondiale, les veuves et les enfants des Français établis hors de France qui s’étaient battus pour défendre notre pays n’avaient droit à aucun statut de veuve de guerre ou de pupille de la nation à la différence de ceux qui habitaient notre pays. Il faut noter qu’à cette époque, ceux que l’on appelait les « Français du dehors » perdaient tout lien direct avec la France. Ils n’avaient donc plus aucun droit. Le combat initié par notre fondateur nous a permis de rétablir les choses, en obtenant le droit de vote, des Sénateurs, une protection sociale, l’accès à un enseignement français à l’étranger, la création du CSFE qui deviendra l’AFE et aujourd’hui des Députés. Notre association a d’ailleurs été reconnue d’utilité publique en 1936 par Léon Blum.
J’ai moi-même contribué à continuer dans cette voie depuis 1997 en devenant Président de l’UFE.

LM: Pouvez-vous nous en parler, pourquoi l’UFE a-t-elle été créée et quel est son rôle aujourd’hui vis-à-vis des Français à l’étranger ?
GP : Comme je vous le disais, la mission de notre association reste depuis l’origine la défense des intérêts des Français de l’étranger. Elle s’articule autour de 4 valeurs, l’accueil, l’entraide, la convivialité et le rayonnement.
Son rôle a bien entendu évolué au fil du temps car les Français de l’étranger forment aujourd’hui une communauté reconnue. Nous restons vigilants, mais il est indéniable que notre pays est celui qui fait le plus pour ses expatriés. Le réseau des écoles françaises à l’étranger est remarquable, la CFE est un organisme de protection sociale unique que beaucoup nous envient et la représentation parlementaire de nos compatriotes assurée par 12 Sénateurs sera dans quelques jours renforcée par 11 Députés.
Nos 170 représentations réparties dans une centaine de pays accompagnent au quotidien nos compatriotes Français qui s’installent à l’étranger. Nous disposons d’un réseau unique de bénévoles qui les aident au quotidien dans tous les problèmes qu’ils peuvent rencontrer que ce soit avant, pendant ou au retour de leur expatriation. Notre statut d’association reconnue d’utilité publique nous permet de participer de façon active aux commissions organisées par les Consulats que ce soit pour l’enseignement, l’aide sociale, la sécurité ou l’emploi. Nous sommes au plus près des préoccupations de nos compatriotes. Nos équipes font remonter au siège les problèmes rencontrés et je me fais leur porte –parole auprès de nos pouvoirs publics et de nos élus.
C’est cette proximité qui nous permet de penser à des solutions pour leur faciliter la vie, c’est d’ailleurs dans cette optique par exemple, que nous avons été à l’origine de la création de France experts, une structure d’accompagnement des expatriés dans leur problématiques personnelles et familiales en France. Il est en effet ressorti d’une étude que nous avons réalisée en 2009 auprès de particuliers et d’entreprises que la distance complique considérablement les choses lorsqu’il s’agit de traiter d’un problème personnel en France.

LM : Quel est le profil aujourd’hui des Français expatriés ? Quelle est la nouvelle génération des Français dans le monde ?
GP : Le profil des expatriés a beaucoup évolué. Effectuer une période de travail ou un stage à l’étranger est vraiment rentré dans les mœurs. Même si une majorité des Français de l’étranger réside en Europe, nous avons constaté ces dernières années un véritable développement de leur nombre en Asie et au Moyen Orient.
Les expatriés d’entreprises et leurs contrats qui ont longtemps fait rêver ne sont plus qu’une minorité. Beaucoup de nos compatriotes partent en contrats locaux ou sans contrat à l’aventure pour créer leur entreprise. Nous avons également constaté une recrudescence de retraités qui partent chercher une meilleure vie au soleil essentiellement au Maroc, en Espagne ou encore en Thaïlande, mais là encore, souvent les magazines embellissent un peu trop les choses et ils n’ont pas conscience des difficultés, il y aurait tant à dire…

LM : Pour la première fois, nous allons avoir les élections législatives pour les Français de l’étranger, pouvez-vous nous en dire plus Monsieur Pelisson ? Qu’est-ce que l’Assemblée des Français de l’étranger ?
GP : Nous l’appelions de nos vœux depuis de nombreuses années et le Président Nicolas Sarkozy l’a mis en place. L’arrivée de ces 11 députés permettra aux Français de l’étranger de bénéficier d’une représentation parlementaire complète. Ils viendront renforcer les 12 Sénateurs dont je salue le travail accompli pendant toutes ces années au service de nos compatriotes. Certaines circonscriptions sont immenses, aussi les députés auront besoin de s’appuyer localement à la fois sur les Conseillers à l’AFE et sur les associations comme l’UFE pour répondre au mieux aux attentes des Français.
Avoir une représentation de cette qualité est unique, c’est pourquoi j’en profite pour rappeler à tous à quel point il est important d’aller voter les 3 et 17 juin prochains (2 et 16 juin pour le continent américain). Je le répète très souvent mais si l’on veut que la France s’intéresse aux Français de l’étranger, il faut qu’ils s’intéressent à elle. Voter est un devoir citoyen.

Pour répondre à votre question concernant l’Assemblée des Français de l’étranger, il s’agit d’une assemblée représentative présidée par le Ministre des affaires Etrangères, dont les Conseillers (155) sont élus par les Français qui résident à l’étranger tous les 6 ans. Ce sont des élus de terrain, des interlocuteurs de proximité au service de tous les Français, qui connaissent parfaitement les spécificités de leur zone. Ils se retrouvent à Paris 4 fois par an ( 2 fois en plénière et 2 fois en bureau) pour travailler sur tous les sujets qui touchent les Français établis hors de France.

LM : Que pensez-vous du nouveau magazine www.monmacadam.com le web magazine des Français dans le monde ?
GP : Je suis loin d’être un virtuose d’Internet mais je salue l’initiative qui contribue à animer le réseau des Français qui vivent à l’étranger et à leur donner de véritables informations de proximité. Je vous souhaite beaucoup de succès !

Union des Français de l’Etranger
25 rue de Ponthieu – 75008 Paris
T : +33 1 53 25 15 50
F : +33 1 53 25 10 14
E-mail : info@ufe.org
Site web : www.ufe.org

Et bien sur le magazine de vos années London : www.londonmacadam.com !
Français expatriés à Londres, French expatriates, Francophiles, find out more about London on our facebook page London Macadam and follow the French conversation of @LondonMacadam on our twitter.

Les commentaires sont fermés.